rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.e-studeo.fr/data/fr-articles.xml

logo.gif

Question 3 : L'entreprise vend-elle un produit ou une image ?

 La synthèse du cours Nettement plus


STMGMerca.jpg
 Source : ressources NATHAN Réflexe  - Terminale


 

8. LA DIFFERENCIATION PAR L'OFFRE

La conception d’une offre globale permet à l’entreprise de se positionner par rapport aux offres concurrentes. La composition de la gamme, en cohérence avec la politique de marque, peut conduire à assigner à chaque produit un objectif spécifique.

1. L’offre globale

A. Définition et composantes

Une offre se limite rarement à un service ou à un bien seul.

L’offre globale comprend une offre principale et des services associés.

L’offre principale correspond à un bien ou un service qui fait référence au cœur de métier de l’entreprise et répond au besoin de base du consommateur.

L’offre associée est constituée des services complémentaires (associés/ajoutés) à l’offre principale qui apportent au client un bénéfice additionnel et qui sont une source potentielle de différenciation.

Ces deux composantes peuvent être gratuites ou facturées.

B. Cohérence de l’offre globale avec le positionnement

L’offre globale proposée par l’entreprise doit être cohérente avec les variables du plan de marchéage, avec la cible et avec le positionnement de l’entreprise.

Une offre technique et scientifique permettra de conforter une entreprise dans son positionnement de spécialiste, professionnel (cf. cas HTS BIO).

La composition de la gamme en cohérence avec la politique de marque peut conduire à assigner à chaque produit un objectif spécifique.

2. La gamme

A. Définition et caractérisation

1. Définition

La gamme est un ensemble de produits de la même catégorie, destinés à satisfaire le même besoin générique et commercialisés par la même entreprise. Une gamme est composée de plusieurs lignes de produits. Ex. : la gamme de véhicules de tourisme de Renault.

Une ligne de produits est une famille de produits destinés à satisfaire un besoin spécifique ou concernant un même univers de consommation. Ex. : dans la gamme de véhicules de tourisme de Renault, la ligne Scénic.

2. La caractérisation de la gamme

On peut caractériser une gamme par :

  • sa largeur : le nombre total de lignes de produits ;
  • sa profondeur : le nombre de modèles ou références différents au sein d’une même ligne ;
  • sa longueur (ou ampleur ou étendue) : le nombre total de références, toutes lignes de produits confondues (Largeur x Profondeur).

3. La gestion de la gamme

L’entreprise doit décider de l’étendue de la gamme, c’est-à-dire du nombre d’articles proposés à la vente, en fonction de plusieurs objectifs.

Elle peut opter pour :

  • une extension de gamme : cela consiste à attaquer une partie du marché que l’on ne couvrait pas jusque-là. Cette extension peut se faire vers le bas de gamme (avec notamment les produits d’appel) ou vers le haut (on parle alors de montée en gamme). Il faut ensuite s’intéresser aux avantages et aux inconvénients d’une gamme longue, courte, étroite, large… ;
  • une modernisation ou un élagage : cela consiste à réduire le nombre de produits dans la gamme, soit pour diminuer les coûts, soit pour remplacer des produits existants par des produits plus récents.

B. Le rôle des produits dans la gamme

1. Les différents types de produits

  • Produit leader : génère le chiffre d’affaires le plus important (phase de maturité).
  • Produit nouveau : permet de renouveler la gamme (phase de lancement ou de croissance).
  • Produit tactique (aussi appelé produit « me too ») : destiné à occuper un créneau de marché, à développer et à stimuler les ventes. Ex. : Bio de Danone, en réponse à BA.
  • Produit d’appel : attire le client (du fait du prix peu élevé) et met en valeur plus ou moins directement les autres produits de la gamme.
  • Produit régulateur : assure un chiffre d’affaires régulier. Permet souvent de réduire les variations saisonnières d’une activité et donc de réduire les risques.
  • Produit contributeur : porte l’image de l’entreprise et dégage de fortes marges.

2. Le rôle des produits selon les différentes phases de leur cycle de vie

On distingue traditionnellement quatre étapes différentes dans le cycle de vie classique d’un produit (cf. cours de Management).

Phases

Caractéristiques

Lancement

Introduction d’un nouveau type de produit. La croissance des ventes est généralement assez faible, car l’innovation prend du temps à se diffuser.

Croissance

Le nouveau produit est mieux connu et attire rapidement de nouveaux clients.

Les volumes de ventes augmentent nettement. L’entreprise cherche à personnaliser son offre et à se différencier.

Maturité

Le produit est largement commercialisé. Le niveau des ventes est important, le produit connaît donc une croissance des ventes beaucoup plus faible, voire nulle. La rentabilité est forte.

Déclin

Le produit est dépassé par de nouvelles innovations ou ne correspond plus aux attentes sur le marché. La rentabilité est faible.

Tous les produits ne suivent pas les mêmes phases du cycle de vie classique du produit.

3. Le positionnement-prix des produits dans la gamme

L’organisation d’une offre peut se faire autour de trois niveaux de gamme.

  • Le bas de gamme : désigne les produits aux prix le plus bas. On peut retrouver dans cette catégorie les premiers prix pour un distributeur ou les produits d’appel (qui permettent de générer du trafic). On parle même d’entrée de gamme pour les produits aux prix les plus bas. ( Entrée de gamme : concerne les produits d’appel aux prix les plus bas.)
  • Le moyen de gamme : désigne les produits de qualité à prix moyens. La différenciation de l’offre va porter pour cette catégorie sur d’autres composantes de l’offre que le prix.
  • Le haut de gamme : désigne les produits au prix le plus élevé dans leur catégorie. Le prix se justifie par la valeur perçue au niveau des composantes de l’offre (marque, signes de qualité, design, composition, etc.).

C. La cohérence dans la gamme et l’assortiment

Une gamme équilibrée ou un portefeuille de produits équilibré permet à l’entreprise d’assurer ses objectifs financiers et commerciaux.

Il doit y avoir cohérence entre les différents niveaux de gamme (entrée, bas, milieu et haut de gamme). Ex. : les produits d’entrée de gamme ne doivent pas faire penser aux consommateurs que l’entreprise ne fait pas de qualité et donc porter préjudice aux produits de milieu et haut de gamme.

La variété des produits proposés doit également conforter une certaine cohérence. Ex. : produit d’avenir pour remplacer un produit en fin de phase de maturité, donc un produit nouveau pour remplacer un éventuel produit leader qui s’essouffle, etc.

Une gamme de produits ne reste pas figée dans le temps. Une entreprise peut être amenée à la faire évoluer en fonction du marché.

Les modifications apportées peuvent porter soit sur la constitution de la gamme, soit sur l’adaptation du produit lui-même.

3. La politique de marque

A. Les différentes politiques de marque du producteur

Adopter une politique de marque suppose de faire des choix : quelle marque ? pour quel produit ? sur quel marché ? avec quels objectifs ?

Produit sans marque : de nombreuses PME optent pour une commercialisation de leur offre exclusivement par le biais des distributeurs. Les distributeurs apposent leurs propres marques sur les produits, on parle de marques de distributeur.
Avantages : pas de frais de communication à assumer, moins de risques pris en termes d’image, de commercialisation…
Inconvénients : dépendance vis-à-vis des distributeurs…

Marque produit : chaque gamme de produit ou type de produit a sa marque. Ex. : Procter & Gamble (marque corporate) s’efface au profit des marques produits (Ariel, Dash, Head & Shoulders), ou la société Bongrain avec St Môret, Chaumes, Caprice des Dieux, etc.
Avantages : un positionnement spécifique peut être adopté pour chaque marque, cela permet de limiter les risques à un type de produit, donc de marché…
Inconvénients : besoin d’un fort investissement en communication dès le lancement de la nouvelle marque produit.

Marque ombrelle : une même marque et une même promesse pour un ensemble hétérogène de produits. Ex. : Bic, Adidas…
Avantages : les frais de communication et de commercialisation sont amortis et profitent à l’ensemble des produits de la marque.
Inconvénients : risque de détériorer l’image de tous les produits si un problème survient. La marque est parfois liée à une gamme complexe et identifie une famille de produits. Ex. : Nestlé utilise la marque Herta pour les salaisons, Friskies pour les aliments pour animaux, etc.

Marque caution : il s’agit de faire figurer sur le produit une marque forte (marque mère) qui rassure le consommateur et cautionne une autre marque (marque fille). Ex. : Nestlé et La Laitière.
Avantages : la notoriété et l’image de la marque mère profitent à tous les produits qui peuvent cependant avoir un positionnement spécifique.
Inconvénients : dépendance des marques filles, peu de marge de manœuvre en matière de communication et de positionnement…
Elle peut permettre la déclinaison. Ex. : Danone (Danette, Danao, etc.).

Co-branding : partenariat entre au moins deux marques en vue de commercialiser un produit commun. Ex. : Citroën Saxo et Bic ; Peugeot Roland-Garros.
Avantages : les frais de commercialisation et de communication sont partagés. Chacun des partenaires bénéficie de la notoriété et de l’image de l’autre.
Inconvénients : risque de confusion pour le consommateur, le positionnement peut devenir flou…

·         e-branding : politique de marque sur Internet. Internet permet une interactivité entre la marque et les consommateurs et peut développer et animer une communauté entre les individus attachés à la marque. Ex. : avec des supports comme Facebook ou Twitter.
Avantages : les consommateurs participent à la construction d’une identité de marque, l’entreprise colle aux nouveaux comportements et attentes des consommateurs…
Inconvénients : la mercatique virale, notamment avec le buzz créé sur Internet, rend l’entreprise plus vulnérable aux risques de détérioration de son image ou à la perte de contrôle exercée sur sa marque…

·         Extension de marque ou brand stretching : une entreprise utilise une marque déjà installée et connue pour lancer un nouveau produit dans une autre catégorie de produits.
Ex. : Taillefine (produits laitiers) pour les biscuits Taillefine.

B. La cohérence de la politique de marque

Un politique de marque n’est viable que lorsqu’elle a une certaine cohérence avec :

  • l’image et le positionnement de l’entreprise ;
  • la gamme ou les gammes de produits de l’entreprise ;
  • l’offre globale de l’entreprise ;
  • le marché sur lequel elle se situe ;
  • les composantes du plan de marchéage.
Net-tement plus
L'INPI Déméter & Kotler
La lovemarque Les signes de la qualité Extension de marques


Date de création : 16/08/2013 @ 11:52
Dernière modification : 17/08/2013 @ 11:03
Catégorie : - Mercatique et marchés
Page lue 9503 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°11 

par frankfrankfrank le 24/09/2020 @ 05:48

Christian Louboutin
Asics Outlet
True Religion Hoodie
Armani Clothing
Nike Air Max
Karen Millen Outlet
Adidas Canada
Ecco Shoes
Hydro Flask Sale
Burberry Shirt
Red Bottom Shoes
Balenciaga Shoes
Supreme
Nike Running Shoes
Birkenstock Clearance
Longchamp Handbags
Supreme Clothing UK
Ferragamo Shoes
Fitflop Shoes
Yeezy
Steve Madden Sandals
Brooks Shoes
Christian Louboutin Boots
Nike Running Shoes
Adidas Shoes
Asics Wrestling Shoes
Michael Kors On Sale
Kate Spade
Hollister
Birkenstock Sale
Adidas Shoes
Juicy
Cartier Bracelet
Mont Blanc Refills
Jordan Shoes
Goyard Handbags
Ralph Lauren Clothing
Yeezy Boost
MCM Handbags
Puma Trainers Womens
Supreme Clothing
Adidas Yeezy
Balenciagas
Brooks Shoes Outlet
Birkenstock Canada
Yeezy 350
Fred Perry Clothing
Ad

Réaction n°10 

par laurielaurielaurie le 13/09/2020 @ 05:07

Supreme Shop
Burberry Bags
Brooks Ghost
Coach Outlet Canada
Coach Handbags
Pandora Clearance
Burberry Bags
Steve Madden Boots
Off White Clothing
Salomon Shoes
Off White
Christian Louboutin
Burberry Scarf
Geox Shoes
Timberland Boots Men
Juicy Couture Clothing
Converse Trainers
Keds Sneakers
Air Max 270
Skechers Sandals
Yeezy Supply
Pandora Store
Tods Driving Shoes
Fitflop Sale
Fitflop Shoes
Bape Clothing
Merrell Hiking Boots
Skechers
Dolce Gabbana Bags
Keens Shoes
Juicy Couture Tracksuits
Red Bottoms For Women
Steve Madden Trainers
Tommy Hilfiger Jackets
Aldo Shoes
Longchamp Le Pliage
Fitflop
North Face Backpack
Ecco Shoes Women
Tods Shoes
Keds Shoes
Salomon Speedcross 4
Tommy Hilfiger
Yeezy Boost 700
Tory Burch
Ed Hardy
Aldo Canada
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 ] SuivantFin
Espace VIP

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre code secret
KcxkC
Recopier le code :


  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  
Texte à méditer :  

"Il y a deux manières de conquérir et d'asservir une nation, l'une est par les armes, l'autre par la dette." 

  
John ADAMS
Texte à méditer :  

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice." 

  
MONTESQUIEU
Texte à méditer :  

"Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées." 

  
Winston CHURCHILL
Texte à méditer :  

"On n’est jamais mieux gouverné que lorsqu’il n’y a pas de gouvernement" 

  
Jean-Baptiste SAY
Texte à méditer :  

"Une idée fausse mais claire et précise aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie mais complexe"

  
Alexis De TOCQUEVILLE
Texte à méditer :  

"Si vous m'avez compris c'est que je me suis mal exprimé"

  
Alan GREENSPAN
Texte à méditer :  

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" 

  
Milton FRIEDMAN
Texte à méditer :  

"Détruire la concurrence, c’est tuer l’intelligence"

  
Frédéric BASTIAT
Texte à méditer :  

"Les hommes n'étant pas dotés des mêmes capacités, s'ils sont libres, ils ne sont pas égaux, et s'ils sont égaux, c'est qu'ils ne sont pas libres" 

  
Alexandre SOLJENITSYNE
Texte à méditer :  

"Les bonnes questions ne se satisfont pas de réponses faciles"

  
Paul SAMUELSON
Texte à méditer :  

"Les investissements d'aujourd'hui sont les profits de demain et les emplois d'après demain"

  
Helmut SCHMIDT
Texte à méditer :  

"L'argent public n'existe pas, il n'y a que l'argent des contribuables" 

  
Margaret THATCHER
Texte à méditer :  

"L'offre créée sa propre demande" 

  
Jean-Baptiste SAY
Texte à méditer :  

"La récession c'est quand votre voisin perd son emploi; la dépression c'est quand vous perdez le vôtre" 

  
Harry S. TRUMAN
Texte à méditer :  

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" 

  
Jean-Baptiste COLBERT
Texte à méditer :  

"Casser l’inflation se fait toujours au détriment de l’emploi" 

  
Nicholas KALDOR
Texte à méditer :  

"Ce n’est pas l’employeur qui paie les salaires, c’est le client" 

  
Henry FORD
Texte à méditer :  

"Mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la veuillent noire" 

  
Henry FORD
Texte à méditer :  

"La conquête du superflu donne une excitation spirituelle plus grande que la conquête du nécessaire. L’homme est une création du désir, et pas une création du besoin"

  
Gaston BACHELARD
Texte à méditer :   « Nous aurons le destin que nous aurons mérité.  »   Albert EINSTEIN
Texte à méditer :   « L'enseignement devrait être ainsi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimable mais jamais comme une contrainte pénible.  »   Albert EINSTEIN
Texte à méditer :   « C'est le rôle essentiel du professeur d'éveiller la joie de travailler et de connaître.  »   Albert EINSTEIN
Texte à méditer :   "À l'usine, nous fabriquons des cosmétiques; dans les boutiques nous vendons de l'espoir."   Charles H. REVSON
Texte à méditer :  

« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »   Albert EINSTEIN

Texte à méditer :   "Il n'y a qu'un patron: le client. Et il peut licencier tout le personnel, depuis le directeur jusqu'à l'employé, tout simplement en allant dépenser son argent ailleurs."   Sam WALTON
Nouveautés du site